Paris: Dans le 16e, Hécate, la doyenne des sorcières, fait «revenir l’être aimé» des gens fortunés
SOCIETE Après le décès d’une sorcière dans le sud de la France mi-septembre, Hécate, une Parisienne du 16e arrondissement est devenue la doyenne des adeptes de la « magie »…

Romain Lescurieux, Twitter, Publié le 02.10.2016 à 07:05,  Mis à jour le 02.10.2016 à 07:05

http://www.20minutes.fr/paris/1934051-20161002-paris-16e-hecate-doyenne-sorcieres-fait-revenir-etre-aime-gens-fortunes

Si la sorcière de la rue Mouffetard vivait dans un placard aux balais, Hécate, elle, est un peu mieux lotie. Niché au cœur du 16e arrondissement, l’antre de cette « luciférienne » devenue doyenne des sorcières de France après le récent décès d’une « consœur » du sud de la France, est un passage dans un autre monde. Ce monde « sans tabou » et « sans complexes » où l’on fait « revenir l’être aimé », dixit la maîtresse de maison qui agite sa large tignasse noir corbeau, au milieu de son « cabinet » où elle exerce depuis près de 35 ans.

Masque, poupées et cicatrice de coup de poignard
Sur son mur, une chauve-souris empaillée, un masque. Sur sa table, deux poupées de cire se chevauchent au milieu d’un bric-à-brac d’objets. Sur son bras, une cicatrice, « un stigmate d’un coup de poignard », dit-elle. Ce jeudi soir, dans une ambiance feutrée et enfumée d’encens « tout doux », Hécate, 65 ans, qui ne préfère pas dévoiler sa vraie identité, débite. Au menu : Rituels, travaux occultes, magie et retour de l’être aimée.

« Avant, la sorcière c’était la personne d’un village qui avait des connaissances. Elle était un peu rebouteuse, guérisseuse et on s’adressait à elle en secret pour aller mieux. Ça peut faire rire mais c’est toujours la même chose. Pourquoi les gens viennent me voir ? Pour parler », expose-t-elle, tout sourire. Dans son cabinet, Hécate, élevée dans la religion catholique avant de la « rejeter », reçoit six clients par mois. « Je suis “leur dernier recours”, me disent-ils souvent, et je les écoute sans les juger. Car je n’ai pas de pouvoir mais un savoir. »
A partir de 3.000 euros pour faire « revenir l’être aimé »
Autour de sa table, Hécate, sorte de marabout de l’ouest parisien, voit principalement des personnes, autant d’hommes que de femmes, qui veulent « faire revenir l’amour », « s’en écarter » ou « créer de l’attraction ». Mais elle accueille aussi des patrons qui viennent pour « développer leur entreprise et faire venir les clients ». Et surtout des gens prêts à débourser plus de 3.000 euros. Le prix de départ. « J’ai aussi quelques demandes de mise à mort », reprend-elle, en précisant qu’elle souhaite tout de même comprendre pourquoi avant de se tourner vers sa magie. « La plupart du temps, quand on confronte les gens à leur demande ils finissent par se rétracter. »

Côté « magie », donc, Hécate – qui dit vivre de son activité – travaille après avec ses poupées de cire, des cheveux et des rognures d’ongles de la personne, le tout en fonction de la lune. Elle refuse les sacrifices et ne fait pas de potions, car c’est interdit. Et si elle doit utiliser du sang, lors d’un rituel, elle prend le sien. Mais concrètement, comment faire revenir l’être aimée ?
« La sorcellerie, ça ne colle pas avec les sites de rencontre »
Hécate se penche sur sa table et accepte de dévoiler la recette « classique » pour faire revenir l’amour, façon Marmiton. « Attention !, prévient-elle, je ne pratique pas trop avec les moins de trente ans car ils sont trop dans le contexte actuel. La sorcellerie ça ne colle pas avec les sites de rencontre. »

« On y croit ou pas mais on fabrique les poupées en introduisant les éléments corporels de la personne. Une pour le demandeur et une pour la victime de sorcellerie. On va les baptiser et elles vont prendre vie. Puis, je convoque les puissances occultes et je pique les poupées notamment au cœur, en prononçant des formules ». Et l’ex revient ? C’est plus compliqué.
« En février 2014, j’ai consulté Hécate pour un rapprochement amoureux et à ce jour aucun résultat »,témoigne une personne sur un forum Internet. Puis poursuit. « Je l’ai contactée il y a un mois pour l’en informer, mais elle me répond que c’est normal et que ce travail peut prendre du temps ». Et de l’argent. « La sorcellerie c’est tout sauf une science exacte », lance Hécate, en fixant le regard.

Contactée par 20 Minutes, la Miviludes (Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires) tient à préciser qu’à ce jour « la sorcière de Paris » n’a fait l’objet d’aucun signalement de dérive de type sectaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *