Résumé des enseignements non bibliques de Bill Johnson

Par bill randles

  • Que penseriez-vous d’une école biblique qui envoie les jeunes se prosterner (littéralement) sur les tombes de prédicateurs décédés, afin que les élèves puissent absorber «l’onction» qui persiste sur les tombes?

  • Et que penser d’une église dans laquelle une brume de plumes, d’or et de poussière de bijoux descend sur les adorateurs dans le sanctuaire?
  • Que diriez-vous d’une conférence d’église qui présente comme atelier la «lectures prophétiques de tatouage» ?
  • Qu’attendez-vous d’une église qui combine
    • l’erreur de la Parole de foi
    • l’évangile de la prospérité de Kenneth Copeland et de Kenneth Hagin
    • les signes et les prodiges d’Oral Roberts et Benny Hinn
    • les fausses hypothèses de la « guerre spirituelle » et du mouvement de l’hyper-délivance
    • le «mouvement prophétique»
    • le mysticisme gnostique de la Bénédiction de Toronto?

Plus la peine de se poser la question, car un tel «ministère» existe et est actuellement la figure de proue la plus visible et la plus influente du mouvement prophétique. Je me réfère à Bill et Beni Johnson qui ont co-présidé l’église de Bethel à Redding, en Californie et à ses ministères concernés, y compris le groupe de jeune « Culture de Jésus » et l’École du ministère surnaturel de Bethel.

Bill Johnson, conférencier et leader très en vue, est l’auteur de plusieurs bestsellers et est considéré comme un apôtre et même leader au sein du mouvement des Apôtres et des Prophètes. Des centaines de milliers ont été touchés par son ministère et ont assisté à des séminaires et à ses conférences, où on leur a «transmis» «l’onction».

Afin de bien comprendre ce mouvement prophétique dans son état actuel, examinons les enseignements et le ministère de Bill Johnson à la lumière de la Parole de Dieu. Jésus ne n’a-t-il pas mis en garde de toute naïveté, sachant que l’«on reconnait l’arbre à ses fruits»?

Gardez-vous des faux prophètes. Ils viennent à vous en vêtement de brebis, mais au dedans ce sont des loups ravisseurs. Vous les reconnaîtrez à leurs fruits. Cueille-t-on des raisins sur des épines, ou des figues sur des chardons? Tout bon arbre porte de bons fruits, mais le mauvais arbre porte de mauvais fruits. Un bon arbre ne peut porter de mauvais fruits, ni un mauvais arbre porter de bons fruits. Tout arbre qui ne porte pas de bons fruits est coupé et jeté au feu. C’est donc à leurs fruits que vous les reconnaîtrez.  (Matthieu 7: 15-20)

Le «fruit» primaire de tout prophète professant devrait être l’enseignement. (Il en irait pour n’importe quel pasteur ou apôtre ou quelqu’un qui se présente au nom de Dieu).

Examinons quelques uns des enseignements de Bill Johnson hérétiques à plusieurs niveaux, au point qu’il est difficile de savoir par où commencer. Par être bref, je traiterai de quatre domaines préoccupants:

  • a) Le Mouvement de la Parole de Foi;
  • b) Les enseignements de Johnson sur l’Incarnation;
  • c) L’onction (le Saint-Esprit); Et …
  • d) sa théologie de l’expérience.

Je vous exhorte à être le juge selon le test de Deutéronome 13.

I. Le mouvement « Parole de Foi » (anglais: Word of Faith)

On se rend vite compte en lisant ses livres, que Johnson est partisan de l’enseignement de la Parole de Foi (PdF), popularisé par Kenneth Hagin et Kenneth Copeland.


NDLR: voici la première citation que je trouve de Kenneth W. Hagin dans « Word of Faith Magazine » (January 2015) .

Beaucoup de gens disent: « Si je peux tenir jusqu’à demain, mes problèmes seront tous terminés ». Non, ils ne le seront pas. Si vous ne faites rien aujourd’hui pour vos problèmes, ils seront toujours avec vous demain. Si vous voulez changer vos lendemains, modifiez-les à l’heure actuelle. Demain, (votre avenir) commence maintenant.

Cet enseignement est centré sur soi-même et sur son succès proche, et confère à nos paroles une puissance quasi-magique positive ou négative qui changerait le cours des choses. La volonté de Dieu et ses commandements ne sont que des prétextes pour servir notre bien-être. Dieu est comme une loi de l’univers, régie par nos actions. Ce magazine a été démarré sous Kenneth E. Hagin (⊗2003) et est repris désormais par son fils Kenneth W. Hagin. C’est un business médiatique « spirituel » lucratif qui se transmet de père en fils.

Que dit l’Ecriture sur nos lendemains?

Saül  à la veille de sa mort, a-t-il pu « profiter » d’une PdF positive? voir  1Samuel 28:16-25.
C’était en tout des paroles bien positives que la magicienne d’Endor lui a prodiguées:  « manges pour avoir la force de te mettre en route. « ( 1Samuel 28:22). Résultat?

1 – Il n’a pas jeûné ni écouté Dieu comme il désirait au début ( 1Samuel 28:23, cf. Deu 4:2)

2 – Il a reprit des forces, … sans méditer sur sa vie, se repentir ni confesser ses péchés.

3 – Pour aller où? Rejoindre hâtivement dans la nuit dans laquelle il était venu, une mort certaine. 

Saül n’a pas changé son lendemain (!), il est mort … dans ses péchés, il en ajouta un – son suicide. Dans ce moment le plus grave et faible de sa vie, il aurait du, plus que jamais, écouter Dieu plutôt que les paroles positives et insistantes de cette femme spiritiste et de ses serviteurs.

L’Europe « évangélique » non conservative avale aussi sans sourciller la mouche dans le sirop avec Rick Warren. Celui cite une PdF positive du spiritiste Bernie Siegel, qu’il a apprise de son mentor franc-maçon (Robert Schuler) dans le chapitre 3 de son bestseller « Motivé par l’essentiel », où il noircit au passage les paroles inspirées du livre de Job et d’Esaïe.


Voici un bref aperçu de l’enseignement PdF pour discerner d’où vient Johnson.
En un mot, l’enseignement PdF repose sur une interprétation gnostique de la chute et de la rédemption. Je paraphrase leur théorie ainsi:

Quand Dieu a créé Adam, il lui a donné toute la domination sur la terre, pour régner et régner en tant que régent de Dieu. Cependant, quand Adam est tombé, en obéissant à Satan, il a remis cette domination donnée par Dieu à Satan, qui est devenu le «dieu de ce monde». Dieu, le Père, ne pouvait pas entrer et reprendre la domination. Adam avait l’a donné.
Dieu devait trouver un moyen pour qu’un homme puisse venir, en tant qu’homme, et défaire la folie d’Adam, recouvrant l’autorité donnée à Satan par Adam. Jésus est cet homme. (Les enseignants de PdF reconnaissent que Jésus est Dieu, mais croient qu’il a « mis de côté sa Divinité » dans l’Incarnation).

En tant qu’homme, Jésus est venu dans le monde, a résisté à toutes les tentations auxquelles Adam et Ève et la race humaine ont succombé et est mort à la croix en sacrifice pour nos péchés.

Mais il y a un « hic », car les enseignants de PdF insistent sur le fait que le salut n’a pas été acquis pour l’homme dans la mort de Jésus sur la croix, suppléant à nos péchés. Au contraire, Jésus devait d’abord descendre aux enfers, souffrir le supplice de Satan et de ses anges jusqu’à ce que Dieu soit convaincu que cela suffise, pour pouvoir légalement le ressusciter d’entre les morts.
Bien sûr, la Parole de Dieu confirme que la mort de Jésus sur la Croix était suffisante. Il a dit: « Téléstaï! » (tout est accompli), c’était vraiment acommpli. Mais Copeland et Hagin enseignent que ce n’était pas fini avant que Jésus soit littéralement «devenu péché» et ait subi un tourment démoniaque en l’enfer.

La chute, selon PdF, exprime surtout une perte de pouvoir et d’autorité, autant que le péché et la séparation de Dieu. Par conséquent, le salut concerne une restauration de pouvoir et d’autorité, ainsi que le pardon des péchés. Nous récupérons le pouvoir et pouvons maintenant exercer une souverainté dans cette vie, et prendre autorité sur le mal.

En raison de cette vision biaisée, PdF est une religion de pouvoir. C’est pourquoi les chrétiens de PdF parlent fréquemment en termes d’autorité; Ils « lient et / ou perdent » les anges et les démons; Ils décrètent, réprimandent, et parlent autrement en termes de « publier, [libérer] » la paix, la grâce ou la miséricorde dans telle ou telle situation.
L’essence de cette théologie est la restauration et la mise en pratique de «l’autorité pour le croyant».

L’idéal dans les cercles de PdF est que « l’homme miracle », un homme nés de nouveau de puissance et d’autorité , soit entré dans la «connaissance révélé» de «qui il est en Christ» et puisse démontrer le pouvoir de «l’onction» à un monde perdu.

Des mythes fabuleux autour de personnages vraiment historiques comme John Alexander Dowie, John G. Lake et William Branham ont été fabriqué de toute pièces. Ce sont les hommes qui ont réellement «pris l’autorité», disent-ils, et nous ont montré que tout ce qui tout croyant pourait faire en n’ayant que la foi et «l’onction» pour le faire!

Le PdF est une dérive d’une forme antérieure de ces mêmes idéaux: les Fils Manifestés de Dieu (FmdD). Ils furent répudiés par les Assemblées de Dieu dans les années 1940, mais sont maintenant largement acceptés sous cette nouvelle forme. FmdD est basé sur une interprétation erronée de Romains 8:19,
« Aussi la création attend-elle avec un ardent désir la révélation des fils de Dieu. »
Le christianisme traditionnel assigne ce verset à la venue corporelle du Seigneur. Au retour de Jésus, la malédiction sur la Création sera finalement supprimée, et les vrais enfants de Dieu seront manifestés.

Mais le FmdD réinterprête ce verset en ce que la Création attend que l’Église atteigne la connaissance du pouvoir et de l’autorité, afin de « manifester » notre « identité de Fils » au monde, à travers des signes et des mricales. Tout cela doit se produire avant que Jésus puisse revenir!
C’est dans ce contexte que Bill Johnson comprend la culture de Jésus et l’école Bethel du ministère surnaturel, car ils cherchent à amener l’église au pouvoir et à l’onction de leur «renouveau mystique».

II. Incarnation

Dans son enseignement sur l’Incarnation, Bill Johnson déclare, et à juste titre, que Jésus-Christ est Dieu. Mais Johnson souligne également par un extrémisme non-biblique que Jésus a totalement mis de côté sa divinité :

Jésus n’avait aucune capacité à soigner les malades. Il ne pouvait pas expulser les démons, et il n’avait aucune capacité à ressusciter les morts. Il a dit de lui-même dans Jean 5:19: «…Le Fils ne peut rien faire de lui-même…». Il avait mis de côté sa divinité. Il a fait des miracles en tant qu’homme en relation juste avec Dieu parce qu’il nous proposait un modèle, quelque chose à suivre. S’il a fait des miracles en tant que Dieu, nous serions extrêmement impressionnés, mais nous n’aurions aucune motivation (impulsion) à L’imiter. Mais quand on voit que Dieu nous a chargé de faire ce que Jésus a fait – et plus encore – alors nous réalisons qu’il a lui-même imposé des restrictions pour nous montrer que nous pourrions le faire aussi. Jésus s’était tellement vidé qu’il était incapable de faire ce qu’il lui avait demandé par le Père, sans l’aide du Père.(1)

Il y a plusieurs problèmes avec cet enseignement de Johnson. Par exemple, il est théologiquement inexact de dire que «Jésus n’avait aucune capacité à. . « Et que Jésus » met de côté sa Divinité « . C’est dangereusement proche d’un démenti de la divinité du Christ, car la divinité, par définition, ne peut être » mise de côté « et Dieu ne peut jamais être considéré comme incapable de quoi que soit. »

Dans l’Incarnation, le dieu éternel est devenu un homme, bien qu’il n’ait jamais cessé d’être Dieu. Il a toujours eu tout pouvoir, mais s’est retenu, en refusant les prérogatives du pouvoir et de la majesté qui lui sont inhérentes, afin qu’il puisse vivre et mourir pour nous en tant que véritable homme.

Un autre problème avec cela est que Johnson affirme que Jésus a fait des miracles pour «nous proposer un modèle. . . Pour nous montrer que nous pourrions les faire aussi. . . « 

C’est au cœur même de l’enseignement de la Parole de foi d’où Johnson est apparu. Supposons que nous, en tant que croyants individuels, pouvons et faisons tous les miracles de Jésus, dans la puissance de l’Esprit. À Johnson, Jésus est venu dans la chair, en partie pour nous montrer que nous aussi, nous pourrions faire ce qu’il a fait!

Cette quête de pouvoir miraculeux est mal conduite et beaucoup se sont fait bernés.

Jésus n’a pas fait ses miracles pour « montrer que nous pouvions le faire ». Les miracles de Jésus sont des manifestations du Dieu miséricordieux, qu’il s’agisse de ceux des Évangiles, ou du Livre des Actes, ou de ceux qui ont été faits en son nom dans le monde entier aujourd’hui. « Voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru »: Nous ne devons pas les chercher. C’est seulement une « génération méchante et adultère (qui) demande un miracle » (Mat 12:39; Mat 16:4)

En fait Johnson établit que tout croyant a le potentiel de vivre la plus grande partie de ce que Jésus a vécu dans les Évangiles, même la Transfiguration!

Il déclare:

La plupart de toutes les expériences de Jésus listées dans les Écritures étaient des exemples prophétiques de la domination de Dieu, qui sont mis à la disposition du croyant. Le Mont de la Transfiguration a considérablement augmenté le niveau attendu de l’expérience humaine potentielle… La leçon écrasante de cette histoire est que Jésus-Christ, le Fils de l’homme, a eu la gloire de Dieu sur lui. Le visage de Jésus brillait de la gloire de Dieu, semblable à celui de Moïse après sa descente de la montagne. (2)

Johnson semble avoir manqué de reconnaître que l’unicité de Jésus ne peut être prudemment diminué, bien qu’il soit devenu « comme l’un de nous » par son Incarnation. Imaginez une spiritualité consacrée à la réalisation d’une transfiguration! Pas étonnant que les étudiants de Johnson aillent si loin dans la quête d’expériences «glorieuses».

III. L’ « Onction »

Le deuxième aspect de l’enseignement de Johnson qui est dangereux, ayant mené à mysticisme irréfléchi dans laquelle tant de Bethel se sont associés,est ce qu’il enseigne à propos de l’Esprit Saint, en particulier de «l’onction».

Johnson déclare:

Le Christ n’est pas le prénom de Jésus. Le mot Christ signifie « l’Oint » ou « Messie ». . . [Christ] est un titre qui souligne une expérience. Il ne suffisait pas que Jésus soit envoyé du ciel sur terre avec un titre. Il a dû recevoir l’onction dans une expérience pour accomplir ce que le Père souhaitait. (3)

Tout d’abord, voici un exemple d’enseignant qui établit une séparation non biblique entre la personne «Jésus» et le mot «Christ». C’est une chose très dangereuse à faire; C’est semblable à ce que proclame le mouvement Nouvel-Âge, et cela se fait pour dans le même but.

Les nouvel-âgeux veulent établir l’idée (fausse) que Jésus était simplement un homme éclairé, celui qui était oint (Christianifié) à trente ans, très semblable à d’autres êtres humains remarquables tels que Gandhi et Zoroastre. Cette «onction» est une expérience d’auto-réalisation

Johnson semble essayer d’établir que, tout comme l’homme Jésus devait être oint du Saint-Esprit (en tant qu’homme) pour faire les miracles qu’il a faits, nous aussi pouvons avoir la même expérience pour faire la même chose, car Jésus est notre modèle.

La Bible ne le permet pas, à cause du mot « Christ ». Les apôtres n’ont jamais relégué le Christ comme un titre, ni une expérience. Le Christ est une désignation de la divinité de Jésus. L’Écriture insiste sur le fait que Jésus est le Christ, et se réfère à Jésus comme Christ, « Dieu était en Christ réconciliant le monde avec lui-même. » (2Cor 5:19)

Christ est une personne éternelle, la seconde personne de la divinité, choisie du Père, et ainsi ointe du Saint-Esprit.
Quand Jésus est venu dans le monde, il était déjà Christ; Il n’a jamais eu à le devenir, et personne ne peut devenir Christ, à moins qu’il ne soit un faux Christ (c’est-à-dire l’antichrist).
Sur le même sujet – l' »onction » -Johnson continue:

Le mot « onction » signifie « s’enduire ». Le Saint-Esprit est l’huile de Dieu qui a été enduite partout sur Jésus lors de son baptême d’eau. Le nom de Jésus-Christ implique que Jésus est celui qui est enduit du Saint-Esprit.
l’Esprit devait aussi être déversé sur Jésus pour qu’il soit pleinement valide. C’était sa quête. Recevoir cette onction lui a permis d’être appelé « Christ », ce qui signifie « oint ». Sans l’expérience [l’onction], il n’y aurait pas de titre.(4)

Voyez-vous les problèmes que les enseignements de Johnson sur «l’onction» font naître?
Par exemple, Jésus est-il devenu le Christ à son baptême? Si «Christ» n’est valable que sur une expérience, qu’est-ce que Jésus était avant que le Saint-Esprit ne vinsse sur lui en Jordanie? Était-ce simplement un «homme à titre» non qualifié?

La vision de Johnson sur le Christ rappelle de façon frappante une erreur qui a émergé au début de l’histoire de l’église et a été répudiée comme hérésie: L’Adoptianisme : Jésus serait un dévot qui n’était pas fils de Dieu, jusqu’à l’âge de trente ans, lorsqu’il a été oint du Saint-Esprit. C’est par le Saint-Esprit qu’il a fait ses miracles, mais l’«onction» l’a abandonné quand il est mort sur la croix. Si Jésus pouvait faire ces choses (par le biais de la connaissance de la révélation et de l’onction), il en serait de même pour tout autre croyant.

Il y a un passage qui réfute cette erreur même sur le Christ:

C’est lui, Jésus Christ, qui est venu avec de l’eau et du sang; non avec l’eau seulement, mais avec l’eau et avec le sang; et c’est l’Esprit qui rend témoignage, parce que l’Esprit est la vérité. (1 Jean 5: 6)

Les hérétiques enseignaient que Jésus n’était pas Christ jusqu’à ce qu’il soit baptisé dans l’eau et oint avec l’Esprit. Il est resté Christ jusqu’à ce qu’il ait versé son sang. Mais l’apôtre insiste sur le fait qu’il «est venu par l’eau et le sang», c’est-à-dire qu’il était déjà Christ quand il a été baptisé et est resté ainsi sur la croix et par sa résurrection. La désignation, «Christ», était et est plus qu’une expérience; elle est inhérente à Jésus, le divin dieu / homme.

IV. Accentuer l’expérience, atténuer la doctrine

Enfin, Bethel (et Bill Johnson) est réellement dangereux dans son approche de la doctrine et de l’expérience, et mets ses adeptes à la merci des pratiques suivantes:

• Fausse prophétie
• Visualisation
• Tunnels de feu
• Voyages de trempage grave (5)
• Sortie en cimetière pour imprégner des tombes
• Visualisation, prière contemplative et pratiques de la méditation
• Chant, Imprégnation et ivresse spirituelle
• « Taffer » du Saint-Esprit pour se « dégenter en Jésus »

NDLR: La traduction de ce dernier point  en un français encyclopédique est quasi impossible:
Le vocabulaire vient du jargon de la drogue, et Lit. “Toking” the Holy Ghost to get “high on Jesus” s’apparante à: Fumer des stupéfiants pour être ensuite dans un état second. 

En plus des paroles prophétiques «normales», ceux qui ont assisté à la «Conférence Pouvoir et Amour» de Bethel en février 2014 ont entendu des prophéties (lectures) basées sur leurs tatouages et piercing. Doug Addison peut interpréter les messages cachés sur votre corps et même vous entraîner à faire de même. Vous ne devez même pas prendre un vol pour aller là où il est; Pour les frais raisonnables de 150 US$, il peut « chatouiller vos oreilles par téléphone pendant trente minutes. (6)

Car il viendra un temps où les hommes ne supporteront pas la saine doctrine; mais, ayant la démangeaison d’entendre des choses agréables, ils se donneront une foule de docteurs selon leurs propres désires. (2Tim 4:3) 

Croyez-moi quand je dis que je viens d’effleurer la surface de ces pratiques irrationnelles, non bibliques et même anti-bibliques du ministère influant de Bill Johnson.

Comment se fait-il que des chrétiens confessants me discernent pas?

Il y a un aspect de Bethel qui est peut-être le plus dangereux. Johnson, comme tant de pentecôtistes et d’évangéliques qui l’ont précédé, a un forte emphase anti-doctrinale. Aux néo-mystiques de la Réforme Néo-apostolique, la doctrine a pour eux un effet anesthésiant (dévitalisant) et n’est valable que dans la mesure où elle induit une expérience. La doctrine est «la lettre qui tue». Elle conduit à la «connaissance cérébrale» par opposition à l’expérience personnelle de Dieu, fondée sur la révélation individuelle.

Ceux qui insistent sur l’adhésion à la vraie doctrine sont caricaturés en pharisiens. Il existe des clichés courant dans ces cercles tels que:

  • « Dieu offense l’esprit pour atteindre le cœur »
  • et « un homme avec une expérience n’est jamais vaincu par homme avec une doctrine ».

Ces prédicateurs se plaisent souvent à dire:

  • « Je vais chambouler votre théologie maintenant. »

Car ils dévoilent la dernière pépite de leur propre révélation. Bill Johnson, en illustrant cela, a déclaré:

Jésus a fait une déclaration effrayante à l’égard de ceux qui s’accroche à l’étude de la Bible plûtôt qu’à l’expérience:
Vous sondez les Écritures, parce que vous pensez avoir en elles la vie éternelle: ce sont elles qui rendent témoignage de moi. (Jean 5:39). Si notre étude de la Bible ne nous conduit pas à une relation plus profonde (une rencontre) avec Dieu, cela incrémente notre tendance à la fierté spirituelle. Nous augmentons notre connaissance de la Bible pour nous sentir bien sur notre position avec Dieu et pour mieux nous équiper pour discuter avec ceux qui ne sont pas d’accord avec nous. Tout groupe qui veut défendre une doctrine est enclin à cette tentation sans rencontre de dieu… Jésus n’a pas dit: ‘Mon mouton connaîtra mon livre’; c’est sa voix qu’il faut connaitre » (7)

Johnson démolit ceux qui recherchent la connaissance de l’Écriture, comme étant en danger de «fierté spirituelle», en augmentant une connaissance afin de «se sentir bien sur leur position avec Dieu» et d’être plus en mesure de gagner les débats avec ceux qui ne sont pas d’accord! Quel pasteur! C’est presque comme s’il décourageait le désir de grandir dans la connaissance scripturaire!

Mais d’autre part, ce sont ceux qui cherchent une «connaissance plus profonde» (que ce que l’Écriture révèle?) Et une «rencontre» plus profonde avec «Dieu (expérience) que Johnson considère comme bénis.

Imaginez un jeune homme consommant d’un tel menu régulièrement, et vous verrez pourquoi Bethel, la culture de Jésus et l’école du ministère surnaturel sont confiées au mysticisme le plus sensuel!

Mes brebis entendent ma voix; je les connais, et elles me suivent. Je leur donne la vie éternelle; et elles ne périront jamais, et personne ne les ravira de ma main.  (Jean 10: 27-28)


Notes

1.Bill Johnson, le pouvoir surnaturel d’un esprit transformé (Shippensburg, Pennsylvanie: Destiny Image Publishers, première édition, 1er janvier 2005), p. 50.
2. Bill Johnson, face à face avec Dieu (Lake Mary, FL: Charisma House, 2007), p. 200.
3. Bill Johnson, When Heaven Invade Earth (Shippensburg, Pennsylvanie: Destiny Image Publishers, 2005), p. 87.
4. Ibid.
5. Http://beyondgrace.blogspot.com/2011/07/bill-johnson-and-john-crowders-leaven.html; Http://www.youtube.com/watch?v=LrHPTs8cLls https://www.facebook.com/photo.
6. Http://gospelliving.blogspot.com/2013/04/why-jesus-culture-bethel-church-and_15.html.
7. Bill Johnson, Quand le ciel envahit la terre, op. Cit., P. 93.

A PROPOS DE L’AUTEUR
Bill Randles est le pasteur de « Believers in Grace Fellowship church » à Marion, en Iowa, où il a œuvré en pionnier depuis sa maison en 1982. Il est également l’auteur de trois livres, qui parlent de différents aspects des «signes et prodiges» actuels. Le pasteur Randles croit qu’ils présentent un substitut dangereux et trompeur du christianisme orthodoxe. Il est également mari et le père de six enfants. Il a prêché l’Evangile en Afrique, en Inde et au Royaume-Uni, ainsi que dans le passé pendant dix-huit ans. Pour plus d’informations sur son ministère, visitez www.believersingrace.com


Cet article est un extrait de la nouvelle version du livre « Prenez garde aux nouveaux prophètes » Bill Randles. Méfiez-vous des nouveaux prophètes: une mise à jour mise en garde du mouvement prophétique moderne, y compris une analyse de Bill Johnson, Mike Bickle et Todd Bentley (et bien plus encore) (Disponible via www. Believersingrace.com et la plupart des grands magasins). Anglais : Beware the New Prophets:

NDLR: Le tunnel de feu. Certains n'arrivent pas au bout, 
car ils rient ou se tordent de convulsions, ne tiennent plus debout.
Les enfants parlent en "langues" (glossolalie démoniaque) très rapidement 
et (semble-t-il) font des "prophéties" (lire les pensées) impressionnantes

 

Les sujets traités:

L’explosion des nouveaux prophètes
La théologie des nouveaux prophètes
Le Prophète modèle
Les Décennies des Prophètes
Rick Joyner-Taking the Baton
Pourquoi je ne transmettrai aucun enfant à IHOP
Todd Bentley-Une catastrophe dans le discernement et la moralité
Bill Johnson – Christianisme basé sur l’expérience
Prophètes et encore plus de prophètes
Juger le ministère prophétique
Evasion prophétique
La glisse dans l’occulte
Pourquoi Dieu tient les pasteurs responsables
Les marques distinctives d’un faux prophète
Sur le point de ? . . . Mais de quoi


Source lighthousetrails.com, avec autorisation, traduction Vigi-Sectes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *