Personne n’était présent au moment de la création ! Comment Dieu a-t-il fait ? En combien de temps ? Nul ne peut le savoir de lui-même avec certitude, et ce qui manque dans ce grand débat, à mon avis, c’est souvent l’humilité et le respect de la Parole de Dieu.

Où étais-tu quand je fondais la terre?
Dis-le, si tu as de l’intelligence.

Job 38:4 

Dieu sait  comment cela s’est passé. Le dernier compagnon de Job le ramène sur le bon chemin et lui permet de renouer le dialogue avec Dieu. La Parole de Dieu dans les proverbes annonce le futur de manière humainement inexplicable. Le fils de Dieu est présenté ainsi que ses attributs, env. 1000 ans avant sa venue, à une époque ou la notion  même du Messie, le fils de Dieu, était encore largement mystérieuse. Prov 30:1-6

Certes, je suis plus stupide que personne, Et je n’ai pas l’intelligence d’un homme; 
Je n’ai pas appris la sagesse, Et je ne connais pas la science des saints. Qui est monté aux cieux, et qui en est descendu? Qui a recueilli le vent dans ses mains? Qui a serré les eaux dans son vêtement? Qui a fait paraître les extrémités de la terre? Quel est son nom, et quel est le nom de son fils? Le sais-tu? 

ici encore, cette question sarcastique doit nous remettre en face de notre ignorance. Ces paroles, montrent les limites de notre entendement, et devraient nous remplir d’humilité, comment les expliquer?  Il y plus de 2000 ans déjà que ces Paroles se sont réalisées, et nous les comprenons aujourd’hui. Mais qui pouvait à l’époque comprendre et répondre?

Les versets 5-6 tout à coup, montre l’importance de sa Parole pour parvenir à le connaitre.

Toute parole de Dieu est éprouvée.
Il est un bouclier pour ceux qui cherchent en lui un refuge.
N’ajoute rien à ses paroles, De peur qu’il ne te reprenne et que tu ne sois trouvé menteur. (Proverbes 30:1-6) 

La Parole de Dieu et d’une valeur prophétique indéniable, et nous ne pourrons pas mieux comprendre les mystères du passé, que ceux du futur, sans elle!

Le darwinisme

Sachons que le Darwinisme (théorie de la sélection naturelle) a émergé à une époque ou le message du judéo-christianisme dérangeait. Il a fait figure de proue d’une multitude de mouvements  humanistes, et de certains mouvements racistes. Les chrétiens créationnistes (non-évolutionnistes) n’y adhèrent pas, mais sont tout de même régulièrement accusés d’être un danger pour la société et la démocratie. Ces accusations viennent aussi d’autres chrétiens, évolutionnistes. Sont-elles gratuites? scientifiques? idéologiques?

Les créationnistes sont-ils  bigots,  anti-scientifiques et arriérés?
L’article : Création Versus Evolution: Les choses qu’ils ne vous disent jamais tentera d’y répondre.

Le créationnisme…

a-t-il des bases scientifiques sérieuses?

Voir l’avis de quelques sites pro-créationnistes:

est-il majoritairement accepté ?

Non. Un consensus est-il une preuve par l’évidence? Bien que la théorie de l’Evolution fasse aujourd’hui le consensus de la communauté scientifique, elle est très hypothétique, elle a beaucoup de contradictions et de questions ouvertes, et les scientifiques évolutionnistes ne s’en cachent pas d’ailleurs.

Le créationnisme est une partie inhérente du judéo-christianisme. Dieu a formé l’homme, de la chute nous apprenons notre état, et besoin de Salut.

Au commencement, Dieu créa les cieux et la terre. 

O homme, toi plutôt, qui es-tu pour contester avec Dieu? Le vase d’argile dira-t-il à celui qui l’a formé: Pourquoi m’as-tu fait ainsi?  Le potier n’est-il pas maître de l’argile, pour faire avec la même masse un vase d’honneur et un vase d’un usage vil? 

Cependant la mort a régné depuis Adam jusqu’à Moïse, même sur ceux qui n’avaient pas péché par une transgression semblable à celle d’Adam, lequel est la figure de celui qui devait venir. Mais il n’en est pas du don gratuit comme de l’offense; car, si par l’offense d’un seul il en est beaucoup qui sont morts, à plus forte raison la grâce de Dieu et le don de la grâce venant d’un seul homme, Jésus Christ, ont-ils été abondamment répandus sur beaucoup. 

(Genèse 1:1;  Romain  5:14-15 ; 9:20 -21)

Il y a parmi les créationnistes chrétiens aussi de nombreux scientifiques de renom talentueux, qui constatent que leurs découvertes scientifiques confirment ce que la Bible enseigne. Voir le site Au commencement et Réponses dans la Genèse

Un consensus au sein du christianisme?

Il n’en est plus ainsi. Des différents sont relancés lorsque des livres polémiques  (non scientifiques) comme le suivant prétendent (sans arguments bibliques ni scientifiques) pouLe faux problème de l'évolutionvoir unifier la science de l’histoire (évolutionniste) et la Bible.

Le faux problème de l’évolution,
Plaidoyer pour une réconciliation de la science et de la Bible à propos de l’évolution (Roger Lefèbre)

De tels ouvrages éclairent-ils le sujet?
Voici l‘analyse critique d’Egbert Egberts , un chrétien qui répond à cet ouvrage, d’une manière  remarquable.


Extrait:

Je veux terminer avec ces paroles comme un appel à revenir à notre bon sens.
Ce livre [Le faux problème de l’évolution] n’aurait pas dû avoir besoin d’être écrit. Ecrire à des Chrétiens pour défendre la Bible devrait être un non-sens, un peu comme enfoncer une porte ouverte. Mais je l’ai écrit. Il le fallait. L’Évangile est en jeu. C’est comme une pomme dont on a enlevé le trognon. De l’extérieur, cela ressemble encore à une pomme. Ça goûte encore la pomme. Mais la vie a été enlevée. Elle n’est plus bonne qu’à être mangée. Mais n’est-ce pas le but de la pomme ? Alors, pourquoi se plaindre ? Parce qu’il n’y a plus que le plaisir instantané. L’avenir a disparu. La jouissance a remplacé l’espérance.
L’Évangile a subi un traitement comparable. De l’extérieur, cela ressemble encore à l’Évangile. Tout va bien. Alors, pourquoi s’inquiéter ? Parce qu’on a enlevé le cœur. L’apparence est encore la même. Le langage est encore évangélique. On promet encore d’abondantes jouissances. Mais l’espérance a été enlevée. Comment ? En enlevant le passé. Et sans passé, il n’y a pas d’avenir. En enlevant le fondement, la maison de la foi vacille. En enlevant les
raisons de l’Évangile, on reste avec un Évangile sans raison. En bricolant un mauvais diagnostic, on rend inopérable le traitement adéquat.
C’est vrai que parler de ces choses dans le monde actuel ne rend pas la foi chrétienne plus attrayante. Sauf, peut-être, auprès de ceux qui réfléchissent et qui trouvent difficile de croire dans les fables de l’évolution. Selon la Bible, ils font partie des bons observateurs de la nature :

Car, depuis la création du monde, les perfections invisibles de Dieu, sa puissance éternelle et sa divinité se voient dans ses œuvres quand on y réfléchit. Ils n’ont donc aucune excuse, car alors qu’ils connaissent Dieu, ils ont refusé de lui rendre l’honneur que l’on doit à Dieu et de lui exprimer leur reconnaissance. Ils se sont égarés dans des raisonnements absurdes et leur pensée dépourvue d’intelligence s’est trouvée obscurcie. Ils se prétendent intelligents, mais ils sont devenus fous. (Romains 1.20-22 Sem)

Pour le croyant, la question des origines n’est pas d’abord une question de science. Elle est d’abord une question de théologie. La Bible, et la foi judéo-chrétienne fondée sur elle, nous enseigne qu’il faut mettre le qui avant le comment et que le comment est déterminé par le qui.
L’évolution ne s’intéresse qu’au comment. Elle ne peut tolérer l’irruption du qui dans la question. Il n’y a donc pas de place pour la théologie. Il n’y a que de la mécanique.
Le problème du chrétien évolutionniste est qu’en voulant conserver la théologie, il est cependant forcé à sacrifier sur l’autel de la mécanique évolutionniste. C’est que la Bible ne lui rend pas les choses faciles. Ce qu’elle affirme si clairement est “scientifiquement” irrecevable.
Il se trouve alors devant un choix : sola scriptura ou sola scientia ? Pour ce qui est de la Genèse, les sirènes du sola scientia l’ont séduit. Mais sait-il à quel prix ?

Ah ! fais-nous revenir à toi, ô Eternel, pour que nous revenions ! Renouvelle pour nous les jours des anciens temps ! (Lamentations 5.21 Sem)
Ougrée, le 1 septembre 2014.


Extrait de : Les vrais problèmes du faux problème de l’évolution, Une analyse critique de : Roger LEFEBVRE, Le faux problème de l’évolution, Science et foi.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *