topNom

Dans nos pays, elle est appelée couramment « Science Chrétienne ». Le terme « Science » signifie ici « connaissance démontrable » et « Science Chrétienne »: « connaissance démontrable du Christ ». Elle veut commémorer la Parole et les œuvres du Maître, remettre en mémoire la valeur de Jésus-Christ et rétablir le christianisme primitif avec son « élément perdu » de guérison.

Précisons qu’elle n’a aucun rapport avec l’Église de Scientologie.

 

topOrigine

Mary BAKER-EDDY, la fondatrice et la « découvreuse » de la Science Chrétienne, naît dans une famille de fermiers pieux, à Bow, dans le New–Hampshire, aux États-Unis, le 16 juillet 1821. Ce sixième enfant de la famille Baker, malgré sa santé délicate, est une brillante élève tant de l’école primaire que de l’École du Dimanche. Réformée d’origine, elle rejoint, à l’âge de 17 ans, l’Église Congrégationaliste dont elle sera membre pendant 40 ans. Le 25 décembre 1843, elle épouse l’entrepreneur George GLOVER qui meurt l’année suivante. En 1853, elle convole en secondes noces avec le dentiste Daniel PATTERSON dont elle divorce. A cause de sa santé de plus en plus fragile, elle rencontre, en 1862, le docteur Phineas QUIMBY. A son contact, elle est complètement guérie.

Le 1er février 1866, à Lynn, elle glisse sur le verglas, tombe, se brise la colonne vertébrale et reste paralysée. Un peu plus tard, en lisant le récit biblique de la guérison du paralytique dans Matthieu 9:1 à 8, elle est miraculeusement guérie, à Swampscott. En été 1870, elle ouvre la première Ecole de guérison, avec Richard KENNEDY, à Lynn. Elle se sépare de lui deux ans plus tard pour écrire son principal ouvrage « Science et Santé avec la clef des Écritures » qui paraît le 30 octobre 1875. Ce livre a un énorme succès et les premiers disciples affluent.

L’année suivante, elle fonde l’Association Scientiste Chrétienne avec sept membres. Parmi eux, elle trouve son troisième mari, Asa Gilbert EDDY qu’elle épouse le 1er janvier 1877. Le 23 août 1879, elle ouvre à Boston la première Église du Christ, Scientiste, avec 26 membres. En 1881, elle est ordonnée pasteur. A ce moment, elle reçoit l’autorisation gouvernementale d’ouvrir à Lynn le Collège Métaphysique du Massachusetts, collège qui fermera ses portes en 1889. Gilbert Eddy meurt le 3 juin 1882.

En 1886, Mary Baker-Eddy crée l’Association Nationale des Chrétiens Scientistes qui sera dissoute en 1892. Mentionnons simplement que, de 1889 à1892, elle dissout toutes les organisations scientistes qu’elle avait fondées et se retire à Concord. Cette retraite est de courte durée, car, le 23 septembre 1892, elle recrée, à Boston, la première Église du Christ, Scientiste. Le bâtiment abritant cette Église est inauguré en 1895 devant près de 6.000 fidèles. En 1906, elle y ajoute un grand temple de 5.000 places.

Après 45 ans de maladie et 45 de vie épanouie grâce à la Science Chrétienne, la fondatrice meurt à Boston, le 3 décembre 1910.

topDoctrine

La littérature abondante de cette « Église », essentiellement de la plume de Mary Baker-Eddy, permet d’en établir la doctrine. Parmi cette littérature, citons: « Science et Santé avec la clef des Écritures », 688 pages, environ 8000 lettres de la fondatrice, « Rétrospection et Introspection », « Rudiments de la Science divine », « Non et Oui » et « Le Manuel de l’Église Mère », tous traduits de l’anglais.

La Confession de Foi de l’Église comprend six articles. Résumons quelques croyances:

  • Dieu est le Principe divin de tout ce qui existe. Il est Principe, Entendement, Esprit, Ame, Vie, Vérité et Amour.

  • L’homme est créé à l’image du Dieu Esprit. Il doit être entièrement spirituel et aussi parfait que son créateur. L’homme mortel, malade et pécheur est une fausse représentation de l’homme, une conception erronée de ce qu’il est réellement. Le Christ rachète l’homme du péché, de la maladie et de la mort, indiquant ainsi leur irréalité.

  • Le péché, la maladie, le chagrin, l’égoïsme, l’ignorance et la crainte font partie des erreurs mortelles, qu’une compréhension scientifique de Dieu doit corriger et vaincre. La seule réalité du péché, de la maladie et de la mort est le fait terrible que les irréalités paraissent réelles à la croyance humaine erronée.

  • Deux mots sont souvent employés chez les Scientistes : réel et irréel. Est réel ce qui appartient à Dieu, procède de lui et est éternel. Est irréel ce qui est mortel ou d’origine mortelle, et périssable. Dans ce sens l’Esprit est réel et la matière irréelle.

  • Jésus et le Christ sont différents. Jésus est l’homme humain, élevé au-dessus de toute condition matérielle par l’expérience de l’Ascension. Le Christ, idée de Dieu, est éternel. Il ne peut être touché par la mort.

  • La guérison des malades est aussi essentielle que le ministère de guérison exercé par Jésus. Le traitement de la Science Chrétienne ne peut pas se combiner avec le traitement médical. La guérison est le résultat naturel de la christianisation de la conscience humaine; le Christ détruit le péché et la maladie.

  • L’ouvrage de Mary Baker-Eddy « Science et Santé avec la clef des Écritures » est la révélation finale du divin Principe absolu de la guérison mentale scientifique. Aucune plume et aucune langue ne peuvent la détruire. C’est la voix de la vérité, vérité révélée in contaminée par des hypothèses humaines, alors qu’un sens mortel s’est glissé dans les pages imprimées de la Bible.

  • La vie, la vérité et l’amour constituent Dieu, Dieu le Père-Mère, Christ l’idée spirituelle de la Filialité et la Science divine ou le Saint Consolateur. Dieu est Tout en tout.

  • La création consiste dans le déroulement d’idées spirituelles. Le paradis et l’enfer sont des états de pensée et non des lieux. Les gens font l’expérience de leur propre paradis ou de leur propre enfer ici même, dans la mesure où ils s’approchent de l’amour de Dieu ou tombent dans la confusion et le tourment du matérialisme sans issue.

topOrganisation

L’Église-Mère, la Première Église du Christ, Scientiste, – 210, Massachusetts Avenue, 02115 Boston – est le centre spirituel des Scientistes du monde entier. Toutes les églises locales doivent être des filiales de l’Église-Mère. Les églises filiales se forment dès que seize Scientistes chrétiens se regroupent, mais quatre doivent déjà être membres de l’Église-Mère. Celle-ci est dirigée par le Conseil des Directeurs composé de cinq membres. Ils sont, à tour de rôle, présidents pendant une année.

L’organisation de l’Église est très stricte. La structure est établie par la fondatrice, dans le « Manuel de l’Église-Mère ».

Les filiales se répartissent en Églises et en Sociétés. Une église doit obligatoirement avoir une salle de lecture ouverte au public. Une Société répond à certaines normes, mais ne peut pas encore satisfaire aux obligations demandées à une église.

Cette Église n’a pas de clergé mais connaît les praticiens, les professeurs, les lecteurs et les nurses. Chaque membre, homme ou femme, peut accéder à tous les postes.

topDiffusion et statistiques

L’Église du Christ, Scientiste est connue dans 57 pays, répartis sur les cinq continents. Les 3.100 filiales regroupent 500.000 membres. Ces derniers temps, on remarque une baisse des effectifs dont 70% sont des femmes. Interdite dans un certain nombre de pays, du temps du communisme, elle est autorisée à nouveau dans plusieurs, comme dans l’ancienne Allemagne de l’Est, depuis le 3 novembre 1989.

topTravail en France

Les premiers Scientistes Chrétiens sont arrivés en France en 1898. Ce n’est qu’en 1906 que 26 membres ont créé la première église en France, à Paris. Le siège national se trouve 42 Rue Louis Masson à Eau bonne (95). Trois églises dans la capitale, quatre en province et onze Sociétés rassemblent 800 membres, dont la moyenne d’âge est de 55 ans.

topPropagande

L’Église du Christ, Scientiste publie plusieurs journaux, grâce à la puissante Société d’Édition de la Science Chrétienne, – One Norway Street, 02115 Boston. Les principaux journaux sont:

  • « Le Moniteur de la Science Chrétienne », créé en 1908, journal quotidien en anglais, se vend dans 120 pays du monde,
  • « La Sentinelle de la Science Chrétienne », créé en 1898, hebdomadaire en anglais,
  • « Le Journal de la Science Chrétienne », l’organe officiel, qui paraît en anglais chaque mois, depuis 1883,
  • « Le Héraut de la Science Chrétienne », mensuel paraissant en anglais depuis 1903, dans d’autres langues par la suite, dont le français depuis 1918.

Ces journaux, plus toute autre littérature de l’Église, peuvent être consultés dans les salles de lecture.

topCulte et pratiques

Le culte a lieu le dimanche matin. Il est identique dans toutes les églises du monde grâce au « Manuel de I’Église-Mère ». La page 120 de ce Manuel donne l’ordre exact du service dominical: Cantique – lecture d’un passage choisi des Écritures – prière silencieuse suivie de la reprise à haute voix du « Notre Père » avec son interprétation spirituelle cantique – annonces – solo – lecture de la note explicative figurant à la première page du « Livret Trimestriel » – annonce au sujet de la Leçon-Sermon et lecture du Texte d’Or – lecture du passage des Écritures intitulée « Lecture alternée » et faite alternativement par le Premier Lecteur et l’assistance – lecture de la Leçon-Sermon -collecte – cantique – lecture de l' »Enoncé Scientifique de l’Etre » et du passage corrélatif des Écritures selon la première Epître de Jean, chapitre 3, versets 1 à 3 bénédiction.

Les services doivent commencer et se terminer par un morceau d’orgue ou de piano approprié à la circonstance toutes les fois que cela est possible. En général 26 sujets différents sont traités, ce qui fait que chaque sujet revient deux fois par an. Le mercredi soir, une réunion de témoignages réunit les membres. Une Ecole du Dimanche fonctionne pour les enfants et les jeunes jusqu’à l’âge de 20 ans.

Un des aspects de cette Église est l’importance accordée à la guérison. Celle-ci est la conséquence directe de la prière. Elle ne peut être obtenue que par une compréhension spirituelle recherchée avec une honnêteté et une sincérité absolues. L’Église compte près de 10.000 praticiens dans le monde.

Cette Église ne pratique pas le baptême, ni la sainte-cène depuis 1908, car elle pense que ce sont des rites extérieurs sans valeur. Pour elle, le baptême est la purification et la spiritualisation de la pensée, alors que la cène consiste à trouver par la prière notre unité avec Dieu.

topActivités

Des stations de télévision diffusent des messages de cette Église, ainsi que plus de 950 émetteurs de Radio, essentiellement aux États-Unis. L’Église organise régulièrement des conférences publiques, ainsi que des activités à la Faculté des Sciences de l’Université de Paris.

Les salles de lecture proposent toute la littérature, mais essentiellement « Science et Santé avec la clef des Écritures », traduit en 9 langues. L’Église dispose également d’œuvres sociales.

Des professeurs enseignent trente élèves chacun, sur la doctrine de la Science Chrétienne. Les praticiens reçoivent les malades pour des entretiens en vue de la guérison. Les nurses sont les garde-malades dans l’attente de la guérison.

topDissidences

L’Union Scientiste Chrétienne Indépendante a vu le jour par refus de l’autorité de Boston. Une autre, le Mouvement de la Science Chrétienne, est né en 1907. La Suisse abrite deux dissidences: La Nouvelle Science Chrétienne et la Science Chrétienne Réformée. John DOORLY, mort en 1950, a créé la Science Chrétienne Libre en 1907.

Ces cinq dissidences n’ont pas de membres en France.

topPrincipales erreurs

Un chrétien évangélique, tout en reconnaissant la sincérité et la cordialité des Scientistes Chrétiens, ne peut accepter:

  • l’ouvrage de Mary Baker-Eddy ajouté à la Bible,
  • la conception assez mystique de Dieu,
  • la séparation entre Jésus et le Christ,
  • la suppression des institutions du Christ, le baptême et la sainte-cène,
  • la spiritualisation du péché,
  • la guérison systématique,
  • etc…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *