Source :Journal suisse : 20 minutes1

Une organisation religieuse australienne disparue se reconstruit aux îles Fidji aussi grâce à des dons provenant de Suisse.

Le financement de Agape Ministries International, une secte dont les comptes ont été gelés depuis 2010, continue de survivre grâce à des tombolas organisées à Bellinzone. Une enquête conjointe de tio.ch/20minuti et du «Sunday Mail» diffusée lundi a permis de mettre au jour la manière dont se finance Rocco Leo, le prédicateur de cette église.

L’homme vit depuis 2010 aux Fidji et se trouve sous mandat d’arrêt en Australie. Mais cela ne l’empêche pas d’être le directeur de l’association South Pacific Charity, dont le siège est à Bellinzone. Cette dernière est l’un des plus grands promoteurs de matches au loto du Tessin et organise de 75 à 100 soirées par an pour un chiffre d’affaires évalué à 150’000 francs par année.

D’après le registre du commerce tessinois, la South Pacific Charity s’est fixé l’objectif louable d’«aider les habitants du Pacifique du Sud à se développer économiquement, moralement, sprituellement et socialement». Mais sur son site internet on peut découvrir, outre quelques projets mal décrits, des photos du pasteur Rocco Leo ainsi que des récits de la manière dont il aurait guéri le cancer de nombreuses personnes et autres maladies à travers la prière.

L’association dément

20minuti a rencontré Lorenzo Lettieri, le président de la South Pacific Charity. L’homme aurait fait la connaissance du gourou en 2001 à Oakden, en Australie, près de l’un des bâtiments où se réunissait la secte. Il affirme avoir contrôlé personnellement les aides matérielles amenées à la population fidjienne grâce à la contribution financière de son institution. A la suite de l’enquête de nos confrères, le nom du directeur Rocco Leo a par contre disparu du registre du commerce comme par enchantement.

Plainte en Australie

Même s’ils font partie de l’organe directeur de l’association et se connaissent de longue date, Lorenzo Lettieri et Rocco Leo entretiennent une relation peu claire. L’an dernier, l’entrepreneur a déposé une plainte contre le prédicateur dans un tribunal australien. Le Tessinois fait en effet partie d’un groupe de sept personnes qui réclament 2,5 millions de dollars australiens (1,9 millions de francs) à Agape. La secte aurait abusé de leur confiance en ne réalisant pas un centre d’assistance dans l’Etat de Vanuatu, un projet pour lequel ils avaient déjà versé de l’argent.

Comptes bancaires gelés

La saga de Agape et de Rocco Leo a débuté en 2010 quand, sur le banc des témoins de la cour d’Adélaïde, après avoir refusé de jurer sur la bible, il a raconté la manière dont son église avait été menacée par des Colombiens armés. La justice a alors commencé à s’intéresser à cette organisation mal connue et peu de temps après 90 policiers sont entrés dans ses propriétés. Ils y ont trouvé des armes, des détonateurs et 35’000 cartouches de différents calibres.

Les histoires racontées par les personnes ayant fui l’église ont fait les gros titres des quotidiens. Leo prophétisait l’Apocalypse et l’implantation de puces sur toute la population mondiale pour qu’elle soit à la botte des gouvernements. Considérée comme une secte, l’organisation avait alors vu son exemption fiscale suspendue et ses comptes bancaires gelés par l’Australie.

(atk)

  • 1 www.20min.ch/ro/news/suisse/story/Prophete-de-l-Apocalypse-finance-par-des-tombolas-22775586

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *