Par AFP — 
Des Tsiganes de la Mission évangélique «Vie et Lumière » en août dernier, dans le Loiret.
Des Tsiganes de la Mission évangélique «Vie et Lumière » en août dernier (2013), dans le Loiret. Photo Guillaume Binet. Myop pour Libération

La mission évangélique «Vie et Lumière» avait forcé, en juin dernier, les grilles d’accès à un complexe sportif pour y installer une centaine de caravanes.

La ville de Nice a annoncé jeudi qu’elle avait inscrit une hypothèque judiciaire sur les biens d’une association évangélique tsigane, qui avait installé une centaine de caravanes sur un terrain sportif fin juin provoquant 630 000 euros de dommages. La demande de réparation de préjudices réclamée par la ville à l’association sera examinée le 21 octobre au tribunal de grande instance de Nice.

En attendant, une hypothèque conservatoire de 630 000 euros sur des immeubles de la mission évangélique tsigane «Vie et Lumière» a été enregistrée fin septembre auprès du tribunal de Montargis (Loiret), où se trouve le siège social de l’association mise en cause.

Les Tsiganes évangéliques étaient arrivés à Nice le 29 juin et avaient forcé les grilles d’accès d’un complexe sportif engazonné, explique la ville dans une requête envoyée à la mi-septembre au tribunal de Montargis. Une centaine de caravanes s’y étaient installées «illégalement» pendant 48 heures, au grand dam du député-maire UMP Christian Estrosi. Un procès verbal avait notamment fait état d’affaissements de terrain et d’ornières, entraînant une réfection importante du complexe sportif

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *